Complément de biographie en cours de rédaction

Biographie
É vuhé

Buhé skrid Loeiz Herrieu

Loeiz Herrieu e zo gañet d'en huéh àrnugent a viz Genvér é tiegeh peizanted légumajerion get hantér aesoni. Biùein e hrent un dachenn vihan àr vord er Blanoeh, tost eroalh de chapel Sant Gwenhael, er Gosker-Penhoret é Kaudan, staget doh Lann er Stér é 1909.

É dad, Matelin Herrieu, en des labouret é ti un notér é Henbont . Eañ e oé un den engouestlet ér vuhé er barréz. Un hañnour mad é oé pe vé tu. É vamm, Izabél er Heignec, en- doé bet un deskemant mad hag ur penn sonn hé doé kement-sé en-des merchet Loeiz Herrieu hé mab nameitoñ. Un nivérenn mad ag é artkleu e vo sinet get er lètrad: M.I. (Mab Izabel).

Moned e hra de skol Kerfrehour, étal kastell er Plessis. De zaouezeg vlé, éma éndro é pañsion ged ér Fréred é Plañour : azé é ta dehoñ tapout é getañ kastiz rag m'en doé komzet é bréhoneg. Karourion ar frankis, doned e hra de voud diavaez é skol vraz Sant Jozeb straed én Oriant léh ma ta de glozein é studi kentañ–déréz él ma lar ean memb. Lonkein e hra lévreu ha duein e hra dija folenneu er harned bihan « er chouan » én ur lakad é hanù «Louis du Cosquer » hanù skrivagnour en-des dija keméret aveit anséieu romant. Goulenn e hra é prest lévreu get béléion é barréz : en tad Er Padellec, en tad Paol ha en tad Koléac'h. De bemzeg vlé, é kuitat er skol hag é krog de skriù é « gaérieu » .

A pen dé deit éndro de dachenn é famill, é kas é artikleu, é bennadeu,d'er journalieu, d'er ré en em vell ag er beizanted dreistoll « la Croix du laboureur » ha « la Gazette des campagnes ». Blank ha blank é krog de teuél ul lévraùeg, hag é dolpo 4000 léor é 1944 ; séuel e ra levraueg er vorhig : prestein e hra eùé é lévreu ; lénn e hra, lénn e hra ! én ur glaskein boud én é unan penn.

En em engaja er Merdeadureh Broadel aveit pemplé. Levezonet dré é vamm Izabel ha ne venn ket ma hrei é servijeu soudard diarbenn d'er ziapredeu fall hag eué aveid ma chomo én Oriant, testig tra d'ér gér ha neuzé é krog d'obér er gévérereh eit boud fourin ; épad en herrad -sé , én arbennàg é labour ha get harp é vistr, Loeiz e ya de genderhel é stummadur ha de glask keneiled é kerl er Marine hag én dianvez. Ne gemér » permission » erbed rag ma touj bouid diframmet ur wéh ohpenn : setu azé ur merk diazé ag en dro – spéred .

Beteg er prantad-sé, deusto ma oé dedennet dré Vreih, éh oé Loeiz un apostol ag ur lénnergeh a dro spered gall.

Er blé 1899, é ta dehoñ en em gaved , én ur sonadeg, get Théodore Botrel hag é voéz : chetu en taol trumm !

Er blé 1939, é skriù :

“me spered broadel e zihuna, épad me servij sudard, a pé oen é lénn ur pennad skrived get un tad Kadig é Ouest france a- zivout er yéh vréhoneg, hag é kleùed soñnenneu é hoariva Brest, léh ma heulieu kentélieu “d'administrations de la Marine“."

A pé oé bet resevet é kévérereh eit bout « fourrier », é ta en dro d'en Oriant. Epad 4 vlé, get un euriad labour bamdé, dehoñ eañ hag é oé « fourrier sédentaire », é ra en amzer de lénn ha de skriù eit mar a gazetenneu : eañ é er hetañ kenskriver Ouest Eclair é bro en Oriant : gobér e ra azé é « kronig arvorel». D'en termén-sé eùé, é kav àr «é hent daou « fourrier » arall : Paul Caillaud hag e skriù ér « le clocher breton » ha Matelin Hervé, éneb- kloér, hag en-des sonjeu éneb d'é ré, peh ne barra ket doh té a voud keneiled vad. Grès de Caillaud, é fin 1899, é komas Loeiz de voned de « Salon des Degoul » anavetoh édan hanueu skrivagnour: Renan Saib ha Madeleine Desroseaux hag e vroud la Société de Géographie én Oriant, kevredad gouiezeg. Renan Saib hag é zo renour en dastumadenn » le Clocher Breton » ha unan a saverion en URB e zo dédennet get un dén youank-sé deit ag er bobl ha ketabl de gas, él ma jaoj, d'er bobl er sonjeu er guellañ hag e lak é hanù émest rénérion en dastumadenn.

Epad éredenn Caillaud, é kañn Loeiz Herrieu é brehoneg . Ekendalh en URB é Kemperlé é lakér àr el leurenn, d'anderi noz, Loeiz Herrieu ha Renan Saib : chetu er peur drec'h :komprenet e vé mad é vrehoneg ! Donet e hra d'er gér chanjet grons ! Skriv e ra de Caillaud :

«Jozef Loth, déan Skol Veur Roéuenn, e zo deit de sterneinen dorn dein »

Lakeit é de voud en ezel a strollad er barhed « Gorsedd Breizh». Get Saib, é krog de embann soñnenneu brehoneg, rimet ha troeit é galleg, hanùet « Les Voix du Pays ». Komprenet en-des Loeiz éma é amzer de zoned é yéh é zud koh .Komz e hra doh er béleg er Bayon ha doh er béleg Buléon hag o-des saùet ur bagad hoariva « Pautred Patern » hag e hoari e brezhoneg.

En ur zoned d'er gér arlerh kendalh en URB 2 Kemperlé, Loeiz e gav àr é hent un dénig bihan, André Mellac. Krogein e rant de gomz étrézé : d'en 21 septembre 1901 é tegouéhas kement-sé. Arlèh pennadeu é galleg aveit « le Clocher Breton » hag é bréhoneg aveit « la Croix du Morbihan » é kresk a nebedigeu é spered Loeiz er sonj de embann un dastumadenn get André Mellac hag en-des kroget de studial er yéh vrehoneg.

Dihunamb

Ré bel hun es kousket. Dihunamb!
Trop longtemp nous avons dormi, Réveillons-nous!
Treset get Xavier de Langlais

E kav Loeiz konfort ér mennad-sé dré gomzeu Jaffrenou , Vallée, hag eué dré er véléion yaouank.

Elsé e saù, é ta ér bed Dihunamb , de lared é : » Réveillons nous » . Savet aveit er bobl , Dihunamb e zo skrivet aveiti, mès en 2 ami e tall dehé eué komz doh er vourhiz aselfin ou dedennein devad Breizh, trema er Brehoneg .André Mellac e gemer er penn, er gudenneu argand hag er bandenneu chomléh, ha Loeiz e gemer er garg ag er vrudereh hag er pennadeu-skrid. Er blé 1905,é ta er méz, keta n nivérenn en dastumadenn, mollet beb eil bléhag a zég blank er homanand. En dastumadenn ma e bado betag 1944. A zrebi 1906, Dihunamb e gont 3000 a dud komenandet. Nivéruse vo kenlabourrerion en dastumadenn: , Jean Pierre Calloc'h, Job Jaffré, er vélion Buléon, Heno, Maréchal, le Goff , Mary, Tanguy, Larboulette, ha dévéhatoh Loeiza er Meliner... Dihunamb e fall dehon degas d'er vor ur stagadur, ur hresk a sevenadur aveit dihun er bobl, rein endro dehi hé lorh , hérandon, diskoein dehi, penaos gouied diù yéh e zo diskoein digorded er spered hag eué diskoein d'er Vretoned émant kar d'er broieu keltieg arall. Tostaad e hra mad, épad er bléieu 1902-1907, d'er sillonnisted, rag m'en em gav a galon geté: er memes sonjeu a zivout bili er bobl memes skrivant en devér aveit gatoliged, de voned dedal er pobleu-tud, eit ma keméreint er garg anehé ou unan.

E toned ér méz ag en overenn bred, é kañn Loeiz sonneneu brehoneg ha e hra brud aveit é zastumadenn. Adal 1905, betag 1906, éma hanùet sekretér en URB; d'en termén -sé, é tereu rein kentélieu brehoneg – kentélieu pé prezégenneu revé er mammenneu - ér parrézieu Bro Gwened get André Mellac, ha guéhavé, é ta kensorded de rein harp dehoñ : Noel le Nestour, Auguste le Gall, Koed Skau, Yves le Diberder, Pierre Mocaer, Pol le Diverres. Er feson d'ober hent' zo bepred er mém: en trén bihan, goudé, ag er gar bet er barez, àr droed! Devéhad, é hellas prénéin un vélo. Komans e ra tolpein soñ neneu é tachenneu kornad en Oriant hag embann e hra é 1908, get kenlabour er béleg Guillerm »Recueil de mélodies bretonnes recueillies dans la campagne »

E 1907, é saù get André Mellac « Le Réveil Breton », kazetennsuhunieg hag e za arlerh « La Croix du Morbihan » hag é zei de vout « Le Pays Breton ».

E 1907, L.Herrieu ha A. Mellac, e ya d'en Eisefodd Kembréeg ha de « congrès panceltique d'Edimbourg »

D'en 28 a viz huevrer, kartér Lanester, hag eoé neuzé kaodan, e za de vout kumun, ha L.Herrieu, demokrat zo dibabet get ugent emstrivér ag er » Parti Socialiste » : Loeiz Herrieu e zo ohpenn tra unan a saùerion er » Coopérative de panification de Lanester » hag e zei de vout « La Coop ».

D'en unneg a viz Genvèr 1910, Loeiza er Meliner ha Loeiz Herrieu e ziméza er Languidic ; hi e zo merh Yann Loeiz er Meliner hag e zo ur melinér ha merh Maria Tanio, melinerez hi eué.

Hag er blé-sé eué éh ant de Baris aveit enrollein, é ti Pathé, ur bladenn kañnenneu : L.Herrieu e gañn deg soñnenn engravet àr rhuihou koér . Er moulladur distereit e vo adembannet goudé-zé édan stumm pladenneu ( ha, n'es ket pell zo, àr er lec'hiern-sé). Goudé ou éredenn, é tuant endro de labourad én ou dachenn er Goh-kér pé kentoh, Loeiz e gemér endro en dachenn, rag ma labour Loeiz get é émbannadurieu

Er blé 1911, é han Gwenhael ér Goh-kér .

Er 1911 eué, é lak L.Herrieu, de vollein ketañ lévr « Chansons populaires du Pays de Vannes » en ur gen-labourat get Maurice Duhamel, get en droidigeh ha get kensonadur. En ur zigor er lévr, é kavér komzeu M. Duhamel :

« El n'hellé ket L.Herrieu notenneu er soñnenneu ér feson e fallé dehoñ , Loeiz e gemer en hent guellañ e gav : ou diskein e hra, ou hañn én é unan, aveit derhel mad sonj anehé. Ha, p'en em gavan getoñ, en-des én é vimoer àrdro 200 soñnen ! Lakat e ran notenn muzig arnehé, a vezul ma ou hañn dein get é vouéh fromus ha hirvoudus, eanaù mad er ré e za liez d'hur gouilieu breiheg ».

Un distag get en URB e gelit saùadur er Fédération Régionaliste de Bretagne hag e venn ma vo studiet splann ha éz oll er gudenneu kar de vuhé er spered, en arzh, er gevredigeh, en ekonomiezh é bro Breizh, ha kement-sé én ur ziwall, én ur zougein bri de zibun er yéh vrehoneg.

L.Herrieu e vo er sekrétour.

En emouest-sé é frammou en Emsav e ra en tu dehoñ de zarempredein tud meur er sevenadur : Joseph Loth, Anatole le Braz, Emile Ernault, Jerome Buléon, hag eué, François Vallée, Jafrenou, Francis Even, Bleimor, Le Berre, Emile Masson, M.Rousseau...

Er blé 1912, éma ganet Hervé.

L.Herrieu zé gemer e em bannen eil lévr“ le Breton usuel “. Eid er wéh getañ ,éma hoariet er Langidig er peh “Bugulez Kerdoret“ skriuet get L.Herrieu.

E 1913, L.Herrieu e embann eneil lévr:“ Guerzenneu ha soñnenneu Bro-Guened “( unan arall e vo embannet é 1997 grés de Armel Herrieu ) ha get kenlabour , Y. le Diberder un droidigeh ag ur sorbienn ihuerhoneg:“ Imram Mael Duin “

Goudé bout treménet é mar er barrézieu, àr undro guéhavé get é gensorted :Jos Parker, Taldir, Abalor, Le Nestour, G. Le Borgne, Joseph Loth, P.Mocaer, Yves le Diberder, é hell darunpredein kalz a gelennerion he a gérent skolidi hag é soù ur skol sulieg é mar a gérieu: Inzinzac, Langidig, Prederion, Ploué, Plumergad, Bubri, Guénin, ha Lanvodan.

D'er hetana viz Est 1914, Frans e vann ur gemenn ; d'en 3 en Almagnal e ziskler er brezel de Frans ha L.Herrieu e zo engalvet de 13 vlé; Moned e ra de“ la caserne d'infanterie“ en Orient: lakeit é ér 88ved regiment d'“infanterie territoriale ér post de“fourrier“ he d'er 25 a viz est, éh a betag Creil.

Hed ha hed get er 5 bléad, ne za biskoah d'er gér: doujein e hra er“permissions“rag doujein e hra koll kalon én ur zistoein d'ér ger.

André Mellac get help Paul Mocaer e ezalh embannereh Dihunamb; neoah é miz du 1914, é tihan en dastumadenn a vout mollet ; séuel e hra endro é 1921.

Epad er brezel, Loeiz e zalh de skriù d'é amied ha dreistoll d'é bried : 620 lihér e zo bet kavet.Derhel e hra eùé é garnédeu pamdieg hag e zo dielleu istorel. Goudé er brezel, é skriv é gazetenn brezel“ kamdro en Ankeu“ hag er lod muian anehé e zo mollet é Dihunamb . Er getañ volladenn klok é 1974 e zo bet groet get Meriadeg Herrieu ; ha lakeit é bet goudé é brehoneg unvan get François Louis é 1994, ti-embann Al Liam . Troet e galleg get Gabriel Le Mer et Frédéric Le Personic ha klotet get Julien Prigent.

D'en 10 Eprel 1917, Jean Pierre Calloc'h e zo bet laket épad emgann « de la Somme ». Hag er marù sé en-des poénied braz L.Herrieu.

Epad er brezél, éma hanùet Loeiz « sergent fourrier » ne glasko ket seùel ihuélloh. Er « Commandant Dupoux » ag er 88ved Régiment territorial d'infanterie e skriv ur goulenn ma vo lakeit L.Herrieu de vout « officier d'admnistrations des Troupes Coloniales » ha skriv e hra un notenn àr é zivout :

« Sergent-fourrier d'une conduite et d'une tenue exemplaires. Intelligent. Instruction et éducation excellente. A toujours rempli les fonctions de comptable de l'Armée avec la plus grande compétence et un zèle au- dessus de toute éloge. Homme de très grand sang froid et d'un dévouement absolu. Sous-officier vraiment digne à tous égards du grade supérieur »
« Comme commandant de compagnie, j'ai eu Henrio sous mes ordres du 4 mai 1917 au 5 février 1918. Ce sous-officier a toujours été pour moi un collaborateur modèle »

Goudé en » Armistice » ag en 11 a viz du 1918, éma émesk bagadeù soudarded hag e zalho édan o bili an Alamagn.

Loeiz e za endro d'er Gohkér d'er 5 a viz huavrer 1919 : azé é kav éndro é hroeg hag é daou grouédur, àr un dro get é dad hag é vamm.

En ur arriù én é vro, é kav ur lodenn ag é zachenn déoget get er « Marine » hag hé-des hé heméret aveit seùel « une usine d'hydravions ».

Er blé 1920, é ta Helen ér bed, ér Gohkér.

Er brezel e sko un taol garù àr taol saù-Breiz, neoah é 1921, en dastumadenn Dihunamb e saù de viù.

E 1922, ganedigeh Gweltaz, ér Gohker.

E 1922, é fermant tachenn Gohker deit de vout ré vihan; hag éhant d'ér Gerneùé étal en Hennebont én un dachenna 25 arad. En dachenn-sé diazéet àr dèr kér: Hennebont, Zinzag, ha kaudan en emléd én ur vroiad koédet braù, étal ribleu er Bla n oeh.Er heta bléad ag é diazédur éma rekis de Loeiz labourat dreist penn, rag m'éma é vugalé ré youank aveit sekour geto n .A pen d'é achiù skolaj Gwenael ha Hervé, Loeiz e hell en em hloestrein muioh d'é labour spered. Deusto men dé pell er Gerneùé, Loeiz e zigemer éleih a dud, lod anehé kased dré en Eutru Desjacques, Mirour Muzé en Hennebont: amizion, diskibion, béléion, stourmerion brehad, hag istranjerion. Ur garanté vraz en-des Loeiz aveit ur mézeu; en natur, el loned.Gwell é geton labour én ur liorh eit ér parkeu ha bourein e hra gobér aséieu arnodeu.

E 1924,éma ga n net Mériadeg .

E 1927,éma gannedigeh Armel .

Er blé 1934, é ta ér méz molladenn deveha n“ le Breton Usuel“

Er bléeh 1935 e verch er prantad frouéhusa n a vuhé L.Herrieu, ar en dachenn lénnedigeh : er prantad-sé e achùias ér blé 1944. Adal 1935, é té d'er Gerneùé, jermaned dedennet get er yéh vrehoneg, doned e hrent de gomz get L.Herrieu a gement –sé.

Er blé 1936, é saù L.Herrieu « Brediah er Brehoneg biù » hanùet eùé 3 «En Tri B » : hé izili e zeli komz nameid brehoneg étrézé, skriv ha leén er liésa n ma hellant brehoneg.

E 1936, é varù Mellac .

Tro ha tro de 1936, Pier Mocaer e gempenn un emgav étré kunbreiz ha breihiz ha dehon éh as Loeiz ha Loeiza .

Er blé 1937,é ta ur lévr arall ér méz : « Tud Brudet hor Bro–Ni », skrivet get Loeiz hag er véléon Bourser, Per er Goff, Heno, Guilloux, ha Loeiza.

Er blé 1938, éma embannet er lévr : « La Littérature Bretonne jusqu'au 18ème siècle ».

D'er 17 Mehuenn,1938, é ta ér méz lévr Loeiza « Ar bont ar velin ».

Madeleine Desroseaux e varù d'en 3 a viz Mé 1939. De zé hé intermant, Loeiz e gas dehi , é galleg hag é brehoneg kenevo Breizh.

D'en 3 a viz Guenholon 1939, Frans ha Bro Saos e zisklér er brézel d'en Alamagn. D'en 10 a viz-Even 1940, a pe zigouéh en Alamanted, ofiserion Frans e lak en tan ér siterneu mazout, get 1000000 litrad é pebunan anehé saùet lod anhé ar dachenn er Gohker. A benn er fin é tarh er gibelleu-sé hag é streù ur glav-bil a flammenneu àr er vor tro ha tro. Er goall zarvout-sé, 34 a dud e varù, én o lesk, meitour Loeiz.

Lihérieu étré sénateur Rio ha Loeiz bet skrivet é huavrer 1941 e ra en tu de Loeiz de splannad é sonjeu diarbenn dianvez brehoneg bro gwened é pemketan er brezel:

“Epad ohpenn 20 vlé, hon es béhet kri de glask tolpein ar vostad lénnerion ag er bobl de zihunamb . Nen domb ket deit debenn; en dud meizel hag e gar hur labour, e za de vout nivérusoh bemdé ha troeit hun es hon albéhenn devaté. Mès red é bet , a zevri kemmein danué en dastumadenn. Don éma deit me hredenn, neuzé, kehet ma ne voket disket er brehoneg ér skolieu é kollamb hon amzér én ur glaskein lakat lénn er brehoneg émesk er bobl. Rah er boén e gemér er ré e venn ma chomo biù er brehoneg e zeli ansé tostat er rann-yéheu, ahoel a ged er skritu ,mar dé dakoret demb, un dé, kelennereh er brehoneg splanné ma ne hellér ket sonjal én ur gelennereh nag é lévreu aveit peb unan ag en is-rann yéheu a Vreiz Izel. Peb strivadenn hag e denn de vihannad er hemmeu digemeret get grad-vad. Aveit er ré goh, é vo rekis poéniein un nebeud, akord on, mès er vugalé e zigemér heb dikri er yeh e vé desket dehé hag a pe vébet studiet diazéieu ér yeh ér gramadeg, é parsér ag ur rann-yéh d'en arall heb en distérañ diézemant.“

D'en 8 viz 1941, doh dibenn un tolp skrivagnerion ag en KLT ha ag er Gwénedeg er gazetenneu e lar penaos éma bet groeit un vanadur er brehoneg . Elsé éma bet sauet er “brezhoneg peurunvan“

Er blé 1942, Loeiz e embann un dastumadenn sorbienneu, hanùet “ De hortoz kreinoz“.

A zrebi Genvèr ha miz Meurh 1943 , Dihunamb a zoned ér méz, ti moullan a Blasenn Alsace Lorraine en Oriant e oé distrujet dré ur « bombardement anglo-américain ».Er blé 1943, é ta ér méz ur studi klokoh àr lénnereh brehoneg édan en talbenn:” La littérature bretonne depuis les origines jusqu'au 20ème siècle”

Kalz amzér e hloestr Loeiz de labourad aveit ér brehoneg. Ape darh en brezél 39-45, éma Loeiz én é vuréu, él un tour groanvén, distag tré doh en Istoér ha doh kemm braz er speredeu éndro dehon. Chomel e hra féal d'é uhélvennadou. En amzér hont, traoalh é bout brehonégour ha difennour Breizh aveit bout sellet él un den kablus…

Den deg a viz Est, goudé un atak ager Guerneùé dré er FFI, Loeiz ha é diegeh e zo daù dehé achap ha moned de glask repu de diér amizion.

Kabluset de voud lodeg ér Parti Nationaliste Breton, L.Herrieu e zo Karéet de 20 vlé « d'indignité nationale ; Met, distaoliadéget é d'er pemzeg a viz Genvér 1952 dré zigouéh er pennad 6 a lézenner pemp a viz Genvér 1951 (gw dindan)

Unan a vrasañ glahareu Loeiz e oé gouied é lévreg distréhet ha draillet épad en atak. Dlé e oé en FFI hé loskein. Met un dén ag er hornad (le Temple), e saùas é vouéh hag e lara : « On ne brûle pas une bibliothèque ».

Gwenhael ha Armel e za de labourat d'er“ Meunerie Alréenne“ ardo 1947. En 1949, Loeiz ha Loeiza e gav repu ér ger sé. D'er prantad-sé é skriv Loeiz é envoriou krouédur “Glaou ru emesk ludu “.

E dereu 53, é skriv é devehañ pennad aveit dastumadenn Jean Choleau“ le Pays Breton “.

Skoeit get ur hlenùed ha n'en-des ket a ésad dehi, Loeiz ne huel ket mui er Gerneùé, mès, pardonein e hra dé éneberion.

Loeiz e varù, én Alré d'en 22 a viz Mé 1953, d'en oed à 74 blé.

E hoant e zo deit de vout goalhet : un deueh klouar a viz Mé e varù Loeiz él en-des skrivet én é varhonieh devéhañ a « Dasson ur Galon » émbannet ér blé 1957 grés d'é vab Mériadec Herrieu :

“De gours kaer er bokedeu
Doh er goubanùél
Pen dé er benal é bleu
É karehen meruél”

E hun devéhañ e zo é béred Sant-Caradeg en Henbont, get Loeiza, dindan er skrid-bé :

«Gloér de Zoué !”
“Breih de virùiken!”

 

Dastumet gant Anna, merh-vihan a Loeiz Herrieu

Biographie Loeiz Herrieu

Loeiz Herrieu est né le 26 janvier 1879 dans une famille de cultivateurs maraîchers d'aisance moyenne. Ils possédaient une petite exploitation en bordure du Blavet, non loin de la chapelle de Saint Guenhael, au Cosquer-Penhoret dans cette partie de Caudan détachée pour former Lanester en 1909.

Son père, Mathurin Henrio, a travaillé chez un notaire à Hennebont. C'est un homme engagé dans la vie paroissiale ; il est chanteur à l'occasion. Quand à sa mère, Isabelle Le Caignec, elle possède aussi une bonne instruction et sa forte personnalité n'est pas sans avoir eu quelque influence sur son fils unique Loeiz. Bon nombre de ses articles seront signés des initiales : M.I. : Mab Isabel : le fils d'Isabelle .

Il fréquente l'école de Kerfrehour, près du château du Plessis. A 12 ans, il se retrouve en pension chez les frères à Ploemeur : c'est là qu'il reçoit sa première punition pour avoir parlé breton. Epris de liberté, il devient externe à l'Institution Saint Joseph, « rue Dupleix » à Lorient, où il termine « ses études primaires » comme il le dit lui même. Il dévore les livres et noircit déjà le papier d'un petit carnet « le chouan » en signant « Louis du Cosquer »nom de plume qu'il a déjà utilisé pour des essais de roman Il emprunte des livres au clergé de sa paroisse : L'Abbé Le Padellec, l'Abbé Paul, et l'Abbé Cohéléac'h. A 15 ans , il quitte l'école et commence à écrire « ses cahiers ».

Revenu à la ferme familiale, il envoie ses articles à la presse agricole notamment à « la Croix du Laboureur et à la Gazette des campagnes » Il commence sou par sou à monter une bibliothèque qui comptera, selon ses déclarations, 4000 titres en 1944 ; il établit chez lui une bibliothèque de village comme le préconise les éditions de la Bonne Presse ; cela lui permet de recevoir des livres à prix réduit qu'il prête autour de lui moyennant quelques sous. Il lit beaucoup, recherchant la solitude.

Il s'engage en 1898 dans la marine nationale pour 5 ans. Influencé par sa mére Isabelle qui ne veut pas qu'il fasse son service militaires à cause des mauvaises fréquentations et aussi pour qu'il reste à Lorient, tout près de la maison, il va préparer le concours de fourrier; durant les six mois de stage qu'il effectue à Brest, grâce à son travail personnel et avec l'aide de ses chefs, Louis va poursuivre sa formation et se faire des amis parmi les autres élèves et à l'extérieur. Il n'accepte aucune permission car il craint d'être déconcentré par une nouvelle séparation : c'est un trait de caractère fondamental.

Jusqu'à cette période, bien qu'il ne soit pas indifférent aux choses de la Bretagne, Louis Henrio est plutôt l'apôtre d'une littérature d'idéologie française.

En 1899, il assiste à une représentation donnée par Théodore Botrel et sa femme : c'est le déclic !

Il écrit ceci en 1939:

« ma conscience nationale se réveilla pendant mon service militaire à la lecture d'un article de l'Abbé Cadic dans l'Ouest-Eclair sur la langue bretonne et d'une audition de chansons au Théatre de Brest où je suivais des cours d'administrations de la Marine »

Reçu au concours de fourrier, il revient à Lorient. Pendant 4 ans avec une heure de travail par jour en tant que fourrier sédentaire, il consacre son temps à lire et à écrire pour divers journaux : il est le premier correspondant de l'Ouest Eclair sur Lorient : il y fait la chronique maritime. C'est à cette époque qu'il rencontre deux autres fourriers Paul Caillaud qui écrit dans « Le Clocher Breton » , et Mathurin Hervé , anticlérical, qui a des idées opposées, ce qui ne les empêche pas d'être bons amis . Grâce à Caillaud, fin 1899 ,Loeiz fréquente le Salon des Degoul plus connu sous leurs noms de plume : Renan Saib et Madeleine Desroseaux qui animent la Société de Géographie de Lorient, un cercle d'intellectuels lorientais. Renan Saib qui est directeur de la revue « Le Clocher Breton» et un des fondateurs de l'Union Régionaliste Bretonne (URB) est séduit par ce jeune homme venu du peuple et capable de transmettre au peuple et l' intègre à la rédaction de sa revue.

 

A la noce de Caillaud , Loeiz chante en breton. Au congrès de l'Union Régionaliste Bretonne à Quimperlé , on fait monter sur scène, le soir, Loeiz Herrieu et Renan Saib : c'est le triomphe : on comprenait son breton ! Il en revient transformé! Il écrit à Caillaud :

« Joseph Loth, doyen de la faculté de Rennes, est venu me serrer la main ».

Il est intégré au groupe des bardes, « Le Gorsedd de Bretagne ». Avec Saib, il commence à publier des chansons bretonnes rimées et traduites en français qui s'appellent « les Voix du Pays ». Loeiz a compris que son avenir est dans la langue de ses ancêtres. Il contacte l'Abbé Le Bayon et l'Abbé Buléon qui ont créé une troupe de théâtre « Pautred Padern » qui joue en breton.

En revenant du Congrès de l'Union Régionaliste Bretonne de Quimperlé Loeiz fait la connaissance d'un homme: André Mellac. Ils lient conversation ; cela se passe le 24 septembre 1901. Après des articles en français pour « le Clocher Breton » et en breton pour « La Croix du Morbihan » se développe peu à peu, dans l'esprit de Loeiz l'idée d'éditer une revue avec André Mellac qui s'est mis à l'étude de la langue bretonne.

Loeiz Herrieu dans un champ de sa ferme du Cosquer

 

Loeiz est conforté dans ce projet par Jafrennou et François Vallée et aussi par le jeune clergé.

Ainsi naît Dihunamb qui signifie « Réveillons-nous ». Destiné au peuple, Dihunamb est conçu pour lui, mais les deux amis veulent aussi s'adresser à la bourgeoisie pour les attirer vers le breton, vers la Bretagne. André Mellac en prend la direction, les problèmes financiers et les bandes d'adresses et Loeiz se charge de la publicité et des articles. En 1905, sort le premier numéro de la revue imprimée tous les 2 mois (tous les mois à partir de janvier 1906) et à 10 sous l'abonnement. Cette revue va durer jusqu'en 1944. Dès janvier 1906, Dihunamb est tiré à 3000 exemplaires. Nombreux seront les collaborateurs de cette revue : Jean- Pierre Calloc'h ,Job Jaffré , les abbés Heno et Buléon, Maréchal, Le Goff, Mary, Tanguy, Larboulette, et plus tard Loeiza le Meliner … Dihunamb veut apporter au pays un complément de culture pour réveiller le peuple, lui redonner sa fierté, lui prouver qu'être bilingue c'est faire preuve d'ouverture d'esprit et aussi montrer aux bretons leur parenté avec les autres pays celtiques . Il se rapproche beaucoup , au cours des années 1902-1907, des sillonistes dont il se sent solidaire : même vision de la démocratie, même sens du devoir pour les catholiques d'aller vers les masses afin qu'ils se prennent en charge.

Il entreprend une tournée des paroisses, souvent à l'invitation du clergé qui compte sur ses talents de chanteur pour rassembler les foules. A la sortie de la grand messe, Loeiz chante des chansons en breton et fait de la publicité pour sa revue ; le clergé intervient ensuite dans le cadre de l'Action Catholique, des mutuelles, etc. Vers 1905 à 1906, il est nommé secrétaire de l'Union Régionaliste Bretonne ; à cette époque, il commence à animer des cours de breton- cours ou conférences selon les sources- autour de lui et à susciter la création d'autres écoles de breton du dimanche dans les paroisses du Morbihan. Les tournées dominicales se poursuivent, parfois avec André Mellac, parfois avec d'autres sympathisants de la cause qui viennent l'épauler : Noel le Nestour, Auguste Le Gall, Koed Skau, Yves Le Diberder, Pierre Mocaer, Pol Le Diverres. Le mode de locomotion est toujours le même : le petit train puis, de la gare au bourg, la marche à pied ! Plus tard, il put s'acheter un vélo. Il commence à collecter des chansons dans la campagne de la région lorientaise et publie en 1908 , en collaboration avec l'abbé Guillerm, « Recueil de mélodies bretonnes recueillies dans la campagne ».

En 1907, il fonde avec André Mellac « le Réveil Breton », journal hebdomadaire qui succède à « la Croix du Morbihan » et qui deviendra « Le Pays Breton ».

En 1907, L. Herrieu et A. Mellac se rendent à L'Eisteddfod gallois et au congrès panceltique d'Edimbourg.

Le 28 février, le quartier de Lanester alors en Caudan devient commune. Lors du premier tour des premières élections municipales, L. Herrieu, silloniste et démocrate chrétien, est le seul élu de sa liste face à 20 élus socialistes. L. Herrieu est notamment l'un des fondateurs de la coopérative de panification de Lanester qui deviendra « La Coop ».

Le 11 janvier 1910 , Loeiza er Meliner et Loeiz Herrieu se marient. Loeiza est née le 9 mars 1887 au moulin du Boderi en Languidic ; elle est la fille de Jean Louis le Meliner meunier et de Marie Tanio, meunière.

Cette même année, ils se rendent à Paris pour enregistrer, chez Pathé, un disque de chants bretons :
L. Herrieu interprète 10 chansons gravées sur rouleaux de cire. Le tirage limité sera réédité ultérieurement sous forme de disque et depuis peu, il est mis en ligne sur ce site. Après leur mariage, ils reprennent la ferme du Cosquer ou plutôt Loeiza reprend la ferme car Loeiz travaille à ses publications.

En 1911, Guenhael naît au Cosquer.

En 1911 aussi, L. Herrieu, en collaboration avec Maurice Duhamel, fait éditer le premier volume des « Chansons populaires du pays de Vannes » avec traductions et airs notés. Dans l'introduction de ce livre, Maurice Duhamel écrit ceci:

« Ne pouvant noter les chants d'une manière qui le satisfasse, Herrieu opte pour le seul parti qui s'offre à lui : il les apprend, se les chante à lui même, afin de ne point les oublier. Et quand je le rencontre, il a dans la mémoire quelques 200 chansons dont je note le plus grand nombre, à mesure qu'il me les chante de cette voix prenante et nostalgique que connaissent bien les habitués de nos fêtes bretonnes… »

Une scission au sein de l'URB aboutit à la création de la Fédération Régionaliste de Bretagne qui a pour but, l'étude pratique de toutes les questions intéressant la vie intellectuelle, artistique, sociale et économique de la Bretagne avec une attention spéciale à la défense et au développement de la langue bretonne.

L. Herrieu en est le secrétaire.

Cet engagement dans les stuctures de l'Emsav lui permet de rencontrer des personnages d'une grande culture : Joseph Loth, Anatole Le Braz, Emile Ernault, Jérome Buléon, et aussi, Francis Even, Bleimor, Le Berre, Emile Masson, M. Rousseau...

En 1912 naît Hervé.

L. Herrieu reçoit un prix pour "le Breton Usuel" . Pour la première fois, est interprétée à Languidic « Bugulez Kerdoret », une pièce écrite par lui.

En 1913, L. Herrieu publie le second volume des "Chansons populaires du pays de Vannes" (dont une nouvelle édition aura lieu en 1997 grâce à l' initiative d' Armel Herrieu ) et en collaboration avec Y. Le Diberder une traduction bretonne d'un conte irlandais : « Imram Mael Duin ».

Suite aux visites dans les différentes paroisses, accompagné parfois des amis cités plus haut ou d'autres encore comme Jos Parker, Taldir, Abalor, G. Le Borgne, Joseph Loth, il peut rentrer en contact avec de nombreux enseignants et des parents d'élèves, et il crée une école du dimanche dans plusieurs communes: Inzinzac, Languidic, Brandérion, Plouay, Plumergat, Bubry, Guénin, et Lanvaudan; leur existence est souvent très éphémère.

Le 1er août 1914, la France décrête la mobilisation générale; le 3 août , l'Allemagne déclare la guerre à la France et L. Herrieu est mobilisé à 35 ans. Il rejoint la caserne à Lorient : il est affecté au 88ème régiment d'infanterie territorial en qualité de fourrier et le 25 août, il rejoint le camp retranché de Paris avec son régiment.

Au cours de ces 5 années, il ne revient jamais en permission: il se méfie des permissions car il craint d'avoir le moral au plus bas à son retour.

André Mellac aidé de Paul Mocaer poursuivent la publication de Dihunamb ; toutefois en décembre 1914, la revue cesse d'être publiée ; elle reparaît en 1921.

Durant la guerre, Loeiz a une correspondance soutenue avec ses amis et surtout avec son épouse : 620 lettres et cartes , soit environ les 2/3 de l'échange épistolaire entre les époux, ont été retrouvées. Il tient également des carnets de notes quotidiennes qui sont de véritables documents historiques. Après la guerre, il écrit son journal de guerre « Kamdro en Ankeu » : le Tournant de la Mort dont certaines pages paraissent dans Dihunamb . La première édition complète en 1974 est réalisée par Mériadeg Herrieu ; une seconde édition - texte transcrit par François Louis dans l'orthographe unifiée - paraît en 1994 aux éditions Al Liam. Cette oeuvre est traduite en français par Gabriel Le Mer et Frédéric Le Personnic avec une adaptation française de Julien Prigent.

Le 10 avril 1917, Jean Pierre Calloc'h est tué dans la Somme, ce qui attriste beaucoup Loeiz.

Au cours de la guerre, il est nommé sergent-fourrier et se contentera de ce grade. Le lieutenant Dupoux, son commandant de compagnie, rédige en 1917 une proposition afin que Loeiz Herrieu devienne officier d'administration, secrétaire dans les services administratifs des troupes coloniales:

« Sergent-fourrier d'une conduite et d'une tenue exemplaires. Intelligent. Instruction et éducation excellentes. A toujours rempli les fonctions de comptable de l'Armée avec la plus grande compétence et un zèle au dessus de toute éloge. Homme de très grand sang froid et d'un dévouement absolu. Sous officier vraiment digne à tous égards du grade supérieur »
« Comme commandant de compagnie, j'ai eu Henrio sous mes ordres du 4mai 1917 au 5 février 1918 . Ce sous-officier a toujours été pour moi un collaborateur modèle »

Après l'armistice du 11 novembre 1918, il fait partie des troupes qui occuperont l'Allemagne.

Loeiz revient au Cosquer le soir du 5 février1919 : il y retrouve sa femme et ses deux enfants ainsi que son père et sa mère.

A son retour , il trouve une partie de sa ferme réquisitionnée par la Marine durant l'été 1918; l'usine de fabricatiçon d'hydravions qu'on projetait d'y construire n'est pas sortie du sol mais les fouilles sont faites, rendant impossible une remise en culture. L'indemnisation est accordée avec du retard et calculée sur la base du temps de paix, nettement inférieur à celle du temps de guerre.

En 1920, naissance d'Hélène au Cosquer.

La guerre porte un coup très rude au mouvement breton, toutefois, en 1921, la revue « Dihunamb » revoit le jour.

En 1922, naissance de Gildas au Cosquer.

En 1922, ils louent la ferme du Cosquer devenue trop petite et vont s'installer au Guerneùé près d'Hennebont dans une ferme de 25 hectares. Cette ferme isolée, implantée sur 3 communes : Hennebont, Inzinzac, et Caudan, se situe dans un cadre agréablement boisé, près des rives du Blavet. La première année de son installation, Loeiz doit travailler énormément, ses enfants étant trop jeunes pour l'aider. Quand Guenhael et Hervé terminent leurs études, Loeiz peut se consacrer davantage à son travail intellectuel. Malgré l'éloignement de Guerneùé, Loeiz reçoit beaucoup de monde parfois dirigé par Monsieur Desjacques Conservateur du Musée d'Hennebont : amis, disciples, prêtres, militants bretons et des étrangers. Loeiz aime profondément la campagne, la nature, les animaux. Il préfère le jardinage à l'agriculture et aime faire des expériences.

En 1924 naît Mériadec.

En 1927, naît Armel.

En 1934, paraît l'édition définitive du « Breton Usuel ».

L'année 1935 marque le début de la période la plus productive de Loeiz Herrieu, dans le domaine littéraire : cette période s'achèvera en 1944. Dès cette époque, des allemands intéressés par la langue bretonne venaient au Guerneùé pour s'entretenir avec Loeiz.

En 1936, il crée « Brediah er brehoneg biù » encore appelé « les Trois B », la Confrérie du Breton Vivant : ses membres s'engagent à ne parler que breton entre eux, à l'écrire et à le lire le plus souvent possible.

Mellac meurt en 1936.

Vers 1936, Pierre Mocaer organise une rencontre entre Gallois et Bretons à laquelle participent Loeiz et Loeiza.

En 1937, un autre ouvrage paraît « Tud Brudet Hor Bro-Ni » ce qui signifie " Gens célèbres de notre pays " ; une compilation d'articles publiés dans Dihunamb écrits par Loeiz et les abbés Bourser, Pierre le Goff, Heno, Guilloux et Loeiza.

En 1938, est publié le livre : « La littérature bretonne jusqu'au 18ème siècle ».

Le 17 juin 1938, sort le livre de Loeiza « Ar bont ar velin »

Madeleine Desroseaux décède le 3 mai 1939. Le jour des obsèques, Loeiz Herrieu lui adresse en breton et en français l'adieu de la Bretagne.

Le 3 septembre 1939, la France et l'Angleterre déclarent la guerre à l'Allemagne. Le 18 juin 1940, devant l'arrivée prévisible des allemands, la marine française incendie les citernes à mazout de 1 000 000 litres chacune, installées en partie sur la ferme du Cosquer. Dans la nuit, ces cuves explosent et le mazout en feu se répand aux environs, jusqu'aux habitations qui s'enflamment. Dans cette catastrophe, 25 personnes, chiffre officiel, dont le fermier de Loeiz trouvent la mort.

Une correspondance entre le sénateur Rio et Loeiz datant de février 1941 permet à Loeiz de préciser ses idées sur la matière bretonne vannetaise au début de cette guerre :

« Pendant plus de 20 ans, nous nous sommes acharnés à vouloir nous créer une clientèle de lecteurs populaires de Dihunamb. Nous n'avons pas réussi ; les intellectuels qui s'intéressent à notre travail devenant tous les jours plus nombreux, nous nous sommes tournés vers eux. Mais il a fallu nécessairement modifier le continu de la revue . J'ai acquis la conviction d'ailleurs que tant que le breton ne sera pas enseigné dans les écoles, nous perdons notre temps à vouloir faire lire en breton par le peuple …. Tous les efforts de ceux qui veulent que le breton vive doivent tendre à rapprocher les dialectes le plus possible au moins dans l'écriture, car si on nous accorde un jour l'enseignement du breton, il est évident qu'on ne peut pas envisager un enseignement ni des livres pour chacun des cent sous-dialectes de Bretagne. Tout effort qui tend à . atténuer les différences doit être envisagé. Il y aura un petit effort d'adaptation pour les anciens, je le concède, mais les enfants acceptent sans objection la langue qu'on leur enseigne et quand on a étudié les principes de la langue dans la grammaire, on passe d'un dialecte à l'autre sans la moindre difficulté. »

Le 8 juillet 41, à l'issue d'une réunion d'écrivains du KLT et du Vannetais, la presse annonce que l'unification du breton vient d'être réalisée. On aboutit ainsi à la création du « brezoneg peurunvan»

En 1942, Loeiz Herrieu publie un recueil de contes intitulé « De hortoz kreinoz ».

De janvier à mars 1943, « Dihunamb cesse de paraître , l'imprimerie de la place Alsace-Lorraine de Lorient ayant été détruite par un bombardement anglo-américain.

En 1943, paraît une étude plus complète sur la littérature bretonne sous le titre « La littérature bretonne depuis les origines jusqu'au 20ème siècle »

Loeiz passe beaucoup de temps à travailler pour le breton . Lorsque la guerre éclate, il est dans son bureau comme dans une tour de granit, séparé de l'histoire et de l'évolution des mentalités .Il est de fait fidèle à ses idéaux . En ces temps agités, il suffit d'être bretonnant et défenseur de la Bretagne pour être coupable.

Le 10 août, après une attaque du Guerneùe par des FFI, Loeiz et sa famille sont obligés de s'enfuir et de se réfugier chez des amis.

Accusé d'appartenir au Parti Nationaliste Breton, L. Herrieu est condamné à 20 ans d'indignité nationale mais il est amnistié le 15 janvier 52 par l'application de l'article 6 de la loi du 5 janvier 1951.(voir ci-dessous)

Une des grandes douleurs de Loeiz est de voir sa bibliothèque dispersée et saccagée lors de l'attaque. Le but des FFI était de la brûler mais un homme du pays (le Temple) a élevé la voix et dit : « on ne brûle pas une bibliothèque ».

Guenhael et Armel viennent travailler à la Meunerie Alréenne vers 1947. En 1949, Loeiz et Loeiza s'installent dans cette ville. C'est à cette époque que Loeiz rédige ses souvenirs d'enfance « Glaou ru emesk ludu » ce qui signifie « Braises rouges dans la cendre ».

Début 53, il rédige son dernier article pour la revue de Jean Choleau « Le Pays Breton ».

Atteint d'une maladie incurable, Loeiz ne revoit plus le Guerneùe mais pardonne à ses ennemis.

Loeiz Herrieu décède à Auray le 22 mai 1953, à l'âge de 74 ans .

Son vœu est réalisé : il s'éteint par une belle soirée du mois de mai comme il l'a écrit dans la dernière poésie de « Dasson ur Galon » édité en 1957 grâce à Mériadec Herrieu.

« C'est au beau temps des fleurs,
A la tombée du jour
Quand fleurissent les genêts,
Que j'aimerais mourir… »

Il repose au cimetière de Saint Caradec-Hennebont avec Loeiza sous l'épitaphe :

 
« Gloire à Dieu !
Bretagne toujours ! »



Compilation d'Anna, petite fille de Loeiz

Loeiz Herrieu (résumé)

Son père, Matelin HERRIEU, était né au Cosquer-Penhoret. Ses parents venaient de Cléguer. Matelin était cultivateur et chanteur en même temps, il pouvait chanter cent chansons à la suite sans problème. Certaines d'entre elles seront reprises par son fils dans son recueil " Chants populaires du Pays de Vannes ".

Sa mère, Izabel er Heineg, était originaire de Ploemeur. C'était une bretonnante qui aimait aussi chanter à l'occasion. Tous deux tenaient une ferme au Cosquer, actuellement en Lanester (mais à cette époque encore sur le territoire de Caudan), entre Blavet et Scorff. Un fils naquit le 26 janvier 1879. On le prénomma Louis (Loeiz). Jusqu'à 12 ans, il alla à l'école de Kerfrehour, près du château du Plessis. De là, il partit ensuite pour une pension de Ploemeur, mais ne pouvant s'y faire, il revint à l'école des Frères de Lorient, rue Duplessis. Il y fut d'ailleurs puni pour avoir parlé breton dans la cour. Il avait déjà des dons d'écrivain et noircissait le papier d'un petit carnet « Le Chouan », en français. Il signait « Louis du Cosquer » et le donnait à lire dans son quartier. Il quitta l'école à quinze ans pour travailler la terre avec ses parents qui n'avaient d'autre enfant que lui.

Sa passion pour les études et l'envie de se perfectionner le poussa à faire mille métiers, après sa journée de travail: réparer des vélos, des parapluies, de la vaisselle ... Tout était bon pour économiser, sou par sou, de quoi acheter des livres sans pour autant être débiteur de ses parents. Il réussira d'ailleurs très bien et quelques années plus tard on comptera, dans sa bibliothèque, jusqu'à 4000 ouvrages.

Vers l'âge de 20 ans il s' engage dans la marine pour 5 ans. Une fois cette période achevée, il rentre au pays, dirige avec André Mellag, docteur en droit, la revue « Dihunamb », l'œuvre maîtresse de sa vie, véritable borne de son engagement pour son pays, sa langue et sa culture.

C'est en cheminant sur les routes, portant son message, qu'iI rencontrera « Vedig an Evel (La Fauvette de l'Evel) Loeiza er Meliner. Le 11 Janvier 1910, on célébrera leur mariage à Languidig.
Loeiza était née le 9 mars 1887 au Moulin du Bodri, en Languidig.
Un fils, Gwenael, naît en 1911 et un autre, Hervé, l'année suivante.

Les mauvais jours de la guerre 14 arrivèrent malheureusement très vite.

 

la guerre

La guerre de 14

Loeiz HERRIEU part à la guerre le 5 août 1914, fourrier au 88 ème régiment territorial d'infanterie. Il ne reverra la vallée du Blavet que 5 ans plus tard, le 5 février 1919. Il fut sur beaucoup de fronts. Loeiz à la guerre, « Dihunamb » ne paraît plus: il faudra attendre 1921.

Il resta 5 ans sans revenir à la maison, sans demander la moindre permission, peut-être pour avoir remarqué que beaucoup de ceux qui revenaient, déshabitués du front le temps d'une escapade au pays, trouvaient souvent la mort à leur retour. Ses supérieurs ne trouvèrent que du bien à dire du soldat Henrio.

Après la guerre

Il fut. bien sûr, heureux de revoir son pays mais très affecté de voir sa ferme ravagée, parsemée de blocs de ciment et de baraques militaires. Elle avait été réquisitionnée pour y construire une base d'hydravions. Un seul y fut monté, « l'Orion », qui coula d'ailleurs à sa première sortie!

Loeiza avait dû vendre ses bêtes. Loeiz reprit la bêche, travailla et racheta du bétail .

Il se remit à militer également.

Il commença par des cours de breton. Puis, dès que les finances le permirent, fit reparaître « Dihunamb », en Janvier 1921.

La maisonnée s'agrandit avec une fille, Hélène, en 1920 et un garçon, Gildas, en 1922.

Ils déménagent du Cosquer en 1922 pour aller en Hennebont, « ér Gerneué »

La ferme de Lanester fut louée à Monsieur le Hen. (Avant la guerre 39-45, elle sera encore réquisitionnée pour y construire les citernes à mazout qu'on fit exploser, lorsque les Allemands atteignirent Lorient en 1940, sans prendre la précaution d'évacuer les habitants, dont beaucoup périrent, brûlés vifs, comme Louis Le Hen. Loeiz Herrieu verra sa ferme partir en fumée. Un bien triste spectacle !)

En 1924 naquit un autre enfant, Meriadeg, qui, plus tard, devint prêtre. En 1927, une sixième naissance: Armel.

Loeiz passe le plus clair de son temps à travailler pour le breton. Lorsque la guerre éclate, il reste dans son bureau comme dans une tour de granit, sans tenir compte de l'histoire, ni de la mentalité des gens.

En ces temps agités, il suffisait d'être bretonnant et défenseur de la Bretagne pour être coupable. Loeiz Herrieu dut s'enfuir et se cacher pendant des années.

Bien que rétabli dans ses droits en 1949, il eut une fin de vie difficile. Frappé par la maladie, le 22 mai 1953, à l'âge de 74 ans, sans honneur ni hommage, mourut celui qui a certainement fait le plus pour que la langue bretonne vive dans le Pays Vannetais



Réhabilité le 15 janvier 1952

 

le chretien et l'homme de compagnie

Il suivait avec fidélité les principes de la religion, non comme un aveugle, mais en recherchant la justice, la vérité. Bien qu'il fût chrétien, il reconnaissait la justesse de certaines idées communistes. Il donna son obole à la quête du parti communiste pour le Pays Basque:
Il comprenait les revendications des ouvriers et était favorable aux congés.

Tout seul, au travail, ou en famille, Loeiz Herrieu n'était pas toujours aussi drôle qu'il pouvait l'être en compagnie. Dans ces moments-là il devenait joyeux, boute-en-train, dynamique. On le recherchait pour mettre de l'ambiance et chanter car il tenait de son père.

Il enregistra, en 1910, une dizaine de chansons pour la marque « Pathé ».

Il aimait parler avec les autres, même s'il n'était pas d'accord avec eux. Il gardait ses idées mais savait les écouter.

 

le cultivateur

Il aimait beaucoup Ia nature, et dans le domaine de l'agriculture, les expériences et le progrès. Il fit une pépinière de pommiers de toutes sortes qu'il vendait à ses voisins pour faire des essais. Il fut le premier, dans sa région à cultiver les choux-fleurs. Il avait également une vigne dont il tirait un vin assez buvable ... et obtenait même un cognac de celui-ci ! Il mit des pommes de terre de sélection dès 1925. Il planta des arbres étrangers sur ses terres: chênes rouges d'Amérique, épicéas, peupliers argentés, mimosa, cèdres etc ...Il avait choisi le nom de plume de « Barde- Cultivateur ». Bien qu'il aima la nature, il fut pourtant plus barde que paysan, de l'avis de ceux qui l'ont connu. Le progrès lui plaisait. Il fut l'un des premiers à posséder un vélo, un appareil photographique, une faucheuse, une faneuse et peut-être le premier à acheter un moteur diesel pour faire tourner ses moulins à pommes, à lande et à grains. Ce fut lui encore le premier du coin à acquérir une automobile. Etudiant sans arrêt, il rédigea un fichier énorme contenant des centaines de noms de plantes, d'herbes, de fleurs, d'arbres et en instruisit ses voisins.

 

Loeiz Herrieu au cercle Breton

Conférence du 26 mars 1938
« On oublie trop que le Celtique est la première langue de la France »

Après avoir été présenté samedi soir à un auditoire sympathique et nombreux par M. Auclair, président du "Cercle Breton", Loeiz Herrieu s'excusa auprès de ses habituels lecteurs de s'exprimer en français, pour une fois. Le directeur de "Dihunamb" est en effet un militant breton logique avec lui-même: il parle, il écrit, et surtout il pense constamment en breton, et n'a recours au "gallek" que dans le cas de force majeure....Comme samedi soir où il avait accepté de quitter son accueillant domaine de Gerneué, près St-Caradec-Hennebont pour entretenir ses amis lorientais de la "Littérature bretonne depuis les origines jusqu'au XVIIIème siècle".

Et il est apparu, bien qu'il ait invoqué de trop modestes références, que cet écrivain bretonnant n'ignorait aucune des ressources, aucune des subtilités de la langue française.
Plaise au ciel que nous n'ayons à "subir" que des conférenciers de cette "classe"!

"Par littérature bretonne, dit Loeiz Herrieu en manière de préambule, j’entends la littérature de langue bretonne". Cela fait écho à d'anciennes polémiques où le directeur de Dihunamb eut à faire prévaloir son point de vue d'une rigoureuse logique sur les auteurs français en mal de "bretonneries".
Et nous voici tout de suite dans le vif du sujet : On oublie trop que le celtique est la première langue nationale de la France.

C'est une vérité première qu'il est bon de rappeler à ceux qui dénient tout intérêt aux travaux des celtisants.
Et dire que c'est en France «officielle » que l'on méconnaît le plus cette vérité ! La. littérature bretonne connut une période très brillante qu'au Xème siècle et son influence fut énorme.
Au VIe siècle, l'école de Saint-Gildas parmi tant d'autres, bénéficiait d'une renommée européenne.
Il ne se trouve plus personne pour contester l'origine bretonne des « Romans de la Table Ronde ». Ceux-ci ont marqué d'une empreinte profonde toutes les productions littéraires du Haut Moyen-Age. Dante même en subit l'influence.
Donc, la littérature bretonne « donnait le ton » ...
D'où cette primauté ?
La France était lasse des jongleurs, des troubadours et des épopées de chevaliers trop raides, ayant adopté « la langue de ses envahisseurs », elle n'avait plus d'inspiration propre et cherchait sa voie.
Or, l'« Armoricain » chantait l'amour, la mélancolie, la douleur, les complications de l'âme humaine. Il versait un « philtre ».
Dans cette langue déjà exercée, on chantait la femme qui avait dans la société celtique une influence et un prestige qu'on ne lui accordait nulle part ailleurs. Et Loeiz Herrieu de souligner avec à-propos par quelques références que la législature française de 1938 est encore singulièrement en retard sur les Celtes.
Ceux-ci savaient aussi célébrer la nature et ses charmes.
Il fallut à la littérature française des siècles pour s'assimiler toutes ces nuances.

Le directeur de « Dihunamb » s'arrête sur quelques « romans » ; sur celui de Tristan et Yseut (sans L) en particulier. On se pâme aujourd'hui devant la haute conception qui y préside, sur la puissance d'imagination et le sens psychologique de l'auteur, sur le symbolisme aussi de la fiction.
Déjà l'amour violent et passionné y est en honneur. Quel contraste avec l'amour fade et "courtois" du Moyen-Age français!

Avec ces "romans" qui furent copiés ou imités dans tous les pays européens, il y eut les "lais" dont la plupart durent être écrits avant le XIIe siècle.

Hélas! les invasions normandes ont détruit ces belles œuvres dont subsistent seulement quelques "gloses", précieux témoignage cependant!...

Les poètes français puisèrent leur inspiration dans ces "lais", Marie de France entre autres...

Mlle Hélène Herrieu, fille du sympathique conférencier, nous dit avec beaucoup de charme, un délicieux poèmee de cet auteur délicat, intitulé le "Laoustik" et consacré aux amours impossibles d'un jeune Malouin et de sa voisine.

"Les bretons dit Marie de France, en firent un lai et l'appelèrent le "laoustik". Ce dernier mot est évidemment pris pour l'"estig": le rossignol.

Une brusque coupure à partir des siècles suivants. D'où cela? des invasions nordiques d'abord, qui entrainèrent la destruction de documents précieux et firent reculer la limite du breton.

Ensuite, la race des ducs nationaux s'était éteinte pour laisser la place à une famille d'origine française.

La Bretagne devait garder son indépendance, mais le breton ne fut plus la langue officielle. Il resta la langue ordinaire, mais délaissée par l'élite, elle ne pouvait plus produire d'œuvre maîtresses. "Quand un peuple est abandonné à lui-même, dit Loeiz Herrieu, sa langue ne lui sert plus qu'à exprimer ses besoins naturels".

Un renouveau se produisit au XVe siècle. Mais que nous sommes loin de la puissante imagination qui caractérisait les œuvres bretonnes de naguère.
Les écrivains bretons ont perdu le "sens national" et se bornent à paraphraser des auteurs latins, à composer des "Mistères".
Et la langue est corrompue.
Les "Mistères" dont la valeur littéraire laisse souvent à désirer eurent pourtant une infuence considérable, précise Loeiz Herrieu. "L'emballement populaire" qu'ils provoquèrent fut propice à la création de nombreuses chapelles aux lieux mêmes où ils furent joués.
Il en est qui offrent des curiosités rares, tel ce "Buhé Mab Dén", véritable tour de force avec ses ruines intérieures.
Loeiz Herrieu évoque alors la curieuse physionomie d'un recteur d'Inguiniel qui s'efforçait de rédiger ses ouvrages dans un breton qui pût être compris dans tous les cantons de Bretagne .
"L'idée de l'unification de la langue bretonne n'est pas neuve", ajoute-t-il avec malice.
Voilà pour la littérature écrite, Mais il y a la littérature orale : légendes, proverbes et chants populaires qui composent un folklore d'une étonnante richesse. On y a largement puisé. Mais il reste encore des perles à recueillir. De quoi occuper précieusement les loisirs des folkloristes.
Loeiz Herrieu cite maints vieux proverbes dont le tour concis et pittoresque fait la joie de l'auditoire.
Les chants populaires comprennent les "guerzes ", les "sônes" et les "Kanenneu".
Les guerzes célèbrent les guerres, les grands malheurs, les événements retentissants et sont autant de documents précieux.
La sône est le plus souvent sentimentale, mais elle adopte parfois le ton satirique.
Les Kanenneu ou Cantiques qui sont parmi les plus beaux qui aient jamais existé.
Loeiz Herrieu nous fait le plaisir de nous chanter de sa voix chaude et bien timbrée quelques-uns de ces chants.
Cette littérature populaire, dit-il, est d'une richesse incalculable. Elle est restée jeune et la plus humaine.

* ....
Et nous en arrivons à sa conclusion : Elle est d'une éloquence émouvante.
Il est un peuple de plusieurs millions d'habitants qu'on empêche d'enseigner sa langue : une langue qui peut s'enorgueillir d'un incomparable passé et qui eut une influence extraordinaire.
Ce peuple, c'est nous ...
Loeiz Herrieu, aux applaudissements répétés de l'auditoire dénonce, en dehors de toute préoccupation politique, "la prétention ridicule de la France" de tout unifier alors que sa beauté est précisément dans la diversité de ses trésors.
Et l'un de ces plus précieux trésors, elle veut l'ignorer.
Après a voir fait allusion à la renaissance littéraire, bretonne commencée au siècle dernier et qui se poursuit magnifiquement, le directeur de "Dihunamb" exprime vivement son regret de la "déceltisation de la France".

* ...
Cette causerie a fait une impression profonde. Notre compte-rendu ne saurait en donner une idée suffisante.
Aussi, le "Nouvelliste" se fera-t-il le plaisir de publier prochainement in-extenso, l'exposé véritablement magistral de Loeiz Herrieu.
Il mérite, en effet, d'être porté devant le grand public. Celui-ci y prendra, nous en sommes convaincu, le même plaisir que l'auditoire du "Cercle Breton".

Job Jaffré